Grand prix de Monaco : quelles sont ses origines ?

Le Grand Prix de Monaco est l’une des plus grandes compétitions de sport automobile du monde. Cependant, malgré cette notoriété, très peu de personnes, et même des fans ne connaissent pas vraiment les véritables origines de ce Grand Prix. C’est pour cela que les explications suivantes s’imposent.

Sport Automobile et Vélocipédique de Monaco, l’ancêtre du grand prix de Monaco

Le Sport Vélocipédique Monégasque, l’ancêtre du GP de Monaco, nait le 26 aout 1890. C’est une association à succès dirigée par le Prince Albert 1er (à ses débuts). Il regroupe tous les cyclistes professionnels du royaume de Monaco. En 1907, il devient Sport Automobile et Vélocipédique de Monaco ou SAVM, grâce à la proposition d’Antony Noghès (fils d’Alexandre Noghès) d’intégrer des courses automobiles dans les épreuves qu’elle organise. Cette transformation a amélioré l’envergure des compétitions, en attirant des pilotes de différents pays européens. En 1909, cet homme organise la première édition du rallye de Monte Carlo.

L’Automobile Club de Monaco et son adhésion dans l’Association Internationale des Automobiles Club Reconnus

Conscient de l’ampleur prise par le rallye de Monte Carlo, Alexandre Noghès  (le successeur du prince à la présidence de l’association), décide de remplacer le nom SAVM par ACM ou Automobile Club de Monaco. Cette fois, elle n’inclut plus le cyclisme. Il l’admet également dans l’Association Internationale des Automobile Club Reconnus ou AIACR pour que leur sport ait une valeur légale. Par la suite, le fils Noghès décide de créer un circuit de course dans les rues de Monaco, à l’instar des courses urbaines à Santa Monica et en Californie. Selon Frederic Ducourau, il demanda, l’aval du Prince Louis II, ainsi que de Louis Chiron. Ces derniers le soutiennent et acceptent son projet.

La naissance du grand prix de Monaco

Le 14 avril 1929, quelque temps après la construction du circuit, le Prince Pierre effectue un tour inaugural sur une Tropedo Voisin. S’en suit une course qui a vu la participation de 16 pilotes, dont William Grover connu sous le nom Williams (le vainqueur).  Ce dernier effectue une centaine de tours sur le circuit à une vitesse de 80km/h au volant de sa Bugatti 35B privée. A titre d’information, entre 1938 et 1947, le Grand Prix est en suspens à cause de la Seconde Guerre Mondiale. Il revient en 1948, mais s’arrête encore en 1948 à cause du décès du Prince Louis II. Ce n’est qu’en 1952 qu’elle accueille une course de formule 1.

Rédigé par : Frédéric Ducourau