Achat de votre voiture en Italie: les endroits à éviter

Il est difficile voire impossible, pour un non initié au monde automobile Italien, de déjouer les surprises et subtilités de chaque ville ou région. Fiabilité des informations, rapidité des réponses, professionnalisme plus pointu… notre expérience nous à largement démontré que les interlocuteurs du Nord de l’Italie étaient en général plus fiables que certains autres.

Même s’il ne faut pas généraliser ces propos, nous avons toutefois dressé un rapide portrait des zones sensibles qui nécessitent plus de vigilance qu’ailleurs.

Rome: la plus vieille ville du monde.

Les voitures de Rome et ses alentours sont à examiner avec beaucoup d’attention. Point de problème de climat ici, mais plutôt des risques liés au infrastructures de cette cité antique. En effet, la quasi totalité des routes sont composées de vieux pavés, pouvant avoir pour cause directe une usure largement prématurée de tous les éléments de liaison au sol. Ajoutez à cela un rythme urbain trépidant et effréné, et vous saurez pourquoi il est préférable d’être bien vigilant avant de franchir le pas.

Naples, ou la culture de la fourberie.

La ville de Naples est un monde à part. Les mentalités et la culture y sont différentes à tous points de vue. Pas uniquement lié qu’aux seules transactions automobile, les Napolitains ont un rapport à l’argent et une conception de la chose à l’opposé du reste de l’Italie. A l’origine de cela, d’éternels facteurs politico-économiques qui n’évolueront sans doute jamais. C’est toutefois ce qui donne un charme fou à cette ville, mais étant donné qu’il s’agit ici de transaction automobile, nous ne pourront que vous déconseiller de traiter avec les Napolitains, même si dans le lot, certains sont fort respectable. Dans le doute, achetez ailleurs.

San Marin: un état dans l’état.

La principauté de San Marin est un splendide petit état enclavé entre Rimini et Arezzo, dans le nord-est de l’Italie. D’un point de vue automobile, cet état bénéficie d’un régime fiscal spécifique et d’un système d’immatriculation à part, qui rend les ventes à l’étranger particulièrement complexes. Sans entrer dans le détail, il faut savoir que d’une part, le régime fiscal de la principauté favorise les fraudes à la TVA en cas d’export; et que leur système d’immatriculation ne permets pas une ré-immatriculation directe en France, ce qui signifie que le véhicule doit être ré-immatriculé en Italie avant d’être exporté. Outre le coût d’une telle opération, la complexité administrative pour la réalisation justifie à elle seule le fait de passer son chemin.

Sicile, Sardaigne & Elbe: Les Iles Italiennes.

Les Iles Italiennes (Sicilia, Sardegna et Elba) ne sont pas à proprement parler à éviter, mais plutôt à bien étudier, notamment dans le calcul de revient final. En effet, ces îles, du fait de leur situation géographique, demanderons nécessairement, en plus des frais autoroutiers classiques, une traversée maritime obligatoire. Si votre choix s’arrête sur une voiture localisée sur une de ces îles, veillez à bien calculer les coûts de rapatriement.