Prix en Italie: pourquoi est-ce moins cher?

Le système économique Italien actuel très favorable amène beaucoup de questions. Pourquoi les prix sont-ils si intéressants? Est-ce une arnaque? Vais-je me faire avoir? Est-ce sûr… sont autant de question que nous recevons tous les jours et auxquelles nous allons donner réponses sur cette page. Si vous étiez persuadés que les prix des voitures en Italie cachaient quelque chose, alors lisez bien ce qui va suivre, vous allez changer d’avis.

L’Italie, deuxième marché automobile Européen

Le temps ou l’on ne voyait que des Fiat des Alfa Romeo dans les rue Italiennes est révolu depuis bien longtemps. On trouve bien entendu plus de marques Italiennes que dans les autres payes d’Europe, mais force est de constater que les références ou les valeurs sûres passent toutes les frontières quelque soit leur origine. Pour cette raison -et paradoxalement-, l’on trouve une grande majorité de véhicules Allemands, et pas qu’en petites cylindrées; toutes les marques germaniques y étant largement représentées. Notons tout de même que d’une manière générale, le marché automobile Italien très fourni vous permettra de trouver à coup sûr la voiture de vos rêves, qu’elle qu’en soit la marque.

Un système économique différent de notre modèle Français

En France, les mentalités font que nous aimons bien être propriétaires des voitures que nous utilisons. Conséquence directe: nous achetons donc en général comptant, ce qui contribue à maintenir des prix de vente généralement assez élevés.

En Italie, c’est le contraire: le fait d’être propriétaire utilisateur n’est pas une priorité. Les Italiens envisagent donc rarement leur achat comptant, plus axé sous la forme d’un loyer mensuel (leasing). Ces derniers peuvent donc ainsi changer plus souvent de voiture, pour un loyer identique. Ce système à plusieurs avantages: il permet de suivre l’effet de mode (Italie oblige), permet un renouvellement plus fréquent pour le même prix, et comporte bien souvent un contrat d’entretien inclus.

Aidée par ces offres de leasing quasi-infinies et plus intégrées dans les mentalités du pays, l’Italie bénéficie donc d’un marché automobile de seconde main très riche, et surtout en renouvellement perpétuel. Conséquence directe à cela, une forte concurrence et des prix naturellement plus intéressants qu’en France.

D’importantes taxations sur les grosses cylindrées

Depuis toujours, les Italiens ont été très taxés sur leur véhicules, et à plus fortes raison sur les voitures dépassant certains seuils de cylindrées ou de puissance. Ces derniers sont pénalisés de 2 façons:

– Assurance: les + de 2.0L très pénalisés. Rien à dire sur ce point, si ce n’est qu’un Italien peut se voir doubler sa prime d’assurance s’il choisis un véhicule de ce type.

– Taxe annuelle pour tous les véhicules. En Italie, tous les véhicules sont taxés. Cette taxe est payable à l’année ou au trimestre, sur un dispositif assez proche de notre ancienne vignette. A la différence, toutefois, que le mode de calcul est basé directement sur la puissance en kilowatts (kw). Une super-taxe (supebollo) s’applique même sur les véhicules dépassant une certaine valeur à neuf. Ce qui pénalise ainsi les véhicules les plus puissants (Sportives, supecars, 4X4..). La parade pour les Italiens est donc de passer par un organisme de leasing pour louer sa voiture, et ne pas en être directement le propriétaire pour ne pas avoir à supporter ces taxes. Pour ces raisons, tous les véhicules considérés comme « de luxe », « taxés » ou « supercars » se retrouvent donc sur le marché de l’occasion à des prix très intéressants une fois leur leasing épurés (prix qui correspondent bien souvent au montant de la valeur de rachat « mathématique » du leasing).

Rédigé par : Frédéric Ducourau